Soirées Jazz & Musicales

« Le son bien rond de la salle et les lumières bien gérées contribuent grandement à la mise en place de cette ambiance club dans une salle qui ne ressemble en rien à une cave…D’entrée de jeu l’Esplanade Saint-Vincent a trouvé une formule avec alternance de bonne musique et de bonne chère… » (Jazz-Rhône-Alpes.com)

Le nouveau lieu de l’Esplanade Saint-Vincent programme du jazz à Vienne les vendredis soirs. Menus alléchants, prix doux et accueil chaleureux, la formule devrait rencontrer le succès. (Jazz hot)
« Le problème (…) ce serait de regretter pour le restant de votre vie de ne plus fréquenter cet établissement totalement nécessaire et incontournable dans le paysage du jazz rhônalpin, j’ai nommé l’Esplanade Saint Vincent à Vienne, qui sait se faire club new yorkais à ces heures en même temps que restaurant gastronomique. Alors pourquoi s’en priver ? » (Jazz-Rhône-Alpes.com)

PROCHAIN CONCERT

Dimanche 27 mai 2018 à 17h.

Jam junior

Bientôt plus de précisions.

Le programme des soirées musique

  • Dimanche 27 mai 2018 à 17h. Jam junior.
  • Vendredi 8 juin 2018 à 20h. Dîner-concert. Vincent Périer 4tet. Écouter
  • Vendredi 15 juin 2018 (heure à préciser). Les Punks Flottent. Concert « comme à la maison ». Précisions bientôt.
  • Jeudi 21 juin 2018. Fête de la musique.

FLASH BACK

  • RETOUR sur la soirée du vendredi 24 novembre 2017. Article de Jazz-Rhône-Alpes.com du 27 octobre 2017. Voir le site

24/11/2017 – Michel Fernandez Quartet à l’Esplanade Saint Vincent – Vienne

de prédilection de Michel Fernandez, avec sa composition Almeria. Dans une atmosphère orientale amenée par la contrebasse,  envoûtés par le soprano, accompagné subtilement par la batterie laissant de belles respirations, en parfaite connexion avec le clavier. Lire la suite de l’article d’Armelle Perrier.Photo : Colin Booth

 

  • RETOUR sur la soirée du vendredi 20 octobre 2017. Article de Jazz-Rhône-Alpes.com du 23 octobre 2017. Voir le site

20/10/2017 : Minor Sing à l’Esplanade Saint-Vincent à Vienne

Hourra, l’esplanade Saint Vincent à Vienne ouvre à nouveau ses portes et joue à guichet fermé, pour notre plus grand bonheur.

Les doigts courent, dessinent des silhouettes géométriques, qu’on pourrait imaginer comme des lignes de chaleur, luminescentes.

Elles décrivent la forme des accords, toniques, septième, quinte et substitutions, et toutes les appogiatures, notes de passages, renversements, fioritures et autres gammes majeures, mineures mélodiques ou altérées.

Elles prennent des teintes bleutées, parfois rouge braises. De temps en temps, un point vert, seul, puissance d’une seule note, insistante, qui vient effacer la force hypnotique des lumières précédentes.

Les mélodies s’allument et empruntent des couleurs tendres et chaudes.

La musique manouche est une musique de couleurs et de formes. L’assaut des traits endiablés de la guitare et du violon n’est que suggestivité. Elle nous plonge immédiatement dans l’irréel, le poétique. Un jour, un ami me disait qu’il éprouvait une certaine fierté à l’idée qu’un français, d’origine gitane, Django, ait inventé notre Bebop à nous…Lire la suite de l’article de Laurent Brun

(Laurent Vincenza, Yannick Alcocer: guitares ; Jean Lardanchet: violon ; Sylvain Pourrat: contrebasse)